BIBI

News

ELEPHANT ROUGE

c'était au City of Light Festival de Jÿvaskÿla en Finlande du 27 au 29 septembre 2018

RED ELEPHANT

Presented from 27th to 29 septembre 2018 @City of Light festival in Jÿvaskÿla (Finland)

Bio eng fr

Autodidacte, en marge du réseau institutionnel, mon travail s’est construit autour de mes expériences personnelles et de la rencontre du travail des Nouveaux Réalistes et de Jacques Yves Bruel.
Tout d’abord la Paléontologie : je constitue un cabinet de curiosités dès 1974.
Ensuite, le Corps et particulièrement l’Orthopédie : en 1986, j’empoche mon BTS d’orthoprothésiste (fabrication de bras, de jambes et autres corsets).
L’Égypte antique, pays où je réside une année en 1988.
L’Enfer avec mon accident de soucoupe volante au Carnaval de Lunel et mon séjour aux grands brûlés qui a suivi.
L’Enfer, je l’ai aussi tutoyé avec les derniers poilus de la première guerre mondiale lorsque j’étais aide soignant à l’Institut National des Invalides durant mon service national.
La Mer avec la pratique de l’apnée et de la chasse sous-marine : par un rapide calcul , j’ai comptabilisé que j’avais vécu 2 années et demi entièrement sous l’eau.
L’alchimie que forment la paléontologie, la chasse sous-marine et mes études d’orthopédie m’a amené à me questionner sur les rapports de l’homme avec la « nature » et surtout ses natures.
Mes activités sont indissociables de ma démarche. C’est ainsi que mon travail s’articule autour de plusieurs thèmes majeurs: l’Enfer, l’Arche, la Chasse, le Bibigloo…

Le médium privilégié pour synthétiser ces points de vue est le plastique.

Self-taught and on the fringe of institutional networks, my work is based around my personal experiences and my discovery of work by the New Realists and Jacques Yves Bruel.

First of all palaeontology: I have been establishing a curiosities cabinet since 1974.
Then the body, orthopaedics in particular: in 1986, I was awarded my National Diploma in prosthetics (production of arms, legs and other corsets).
Ancient Egypt, I spent a year in Egypt in 1988.
The Hell with my flying saucer accident at the Lunel Carnival resulting in serious burns.
I also became familiar with Hell with the survival soldiers from the First World War when I was an auxiliary nurse at the Institut National des Invalides during my national service.
The sea with free diving and spearfishing: through a quick calculation I estimate that I spent 2 and a half years submerged underwater.

The alchemy between palaeontology, harpoon fishing and my orthopaedic studies led me to question man’s relationships with ‘nature’ and above all his human nature. My approach is inseparable from my activities. This is why my work is based on several main themes: Hell, Ark, Hunting, Bibigloo…

My favourite medium to summarise these views is plastic.

Projet eng fr

Pourquoi le plastique ?

Parce que si la bipédie, la fabrication d’outils, le rire et la conscience de soi ne sont plus aujourd’hui le propre de l’homme, celui-ci est à chercher ailleurs.
Le propre de l’homme est sans doute sa phénoménale capacité à s’autodétruire, à concevoir des artifices et des déchets inutiles et improbables.
Le plastique est partout, les multiples sont la norme dans la vie courante comme dans l’art contemporain. Dans les objets du quotidien, j’ai recherché les formes cachées – tant animales qu’anthropomorphes – que les designers anonymes avaient derrière la tête; c’est particulièrement la Lumière qui m’a servi de révélateur.
Pour donner au plastique la place qu’il mérite – à savoir le 5ème élément (le 6ème pour les asiatiques) – je me suis singulièrement acharné sur le BIDON en polyéthylène et le CÔNE de Lübeck, deux icônes distribuées universellement.
Depuis 1991, en utilisant des accessoires familiers conçus dans une matière éminemment contemporaine, mes œuvres sondent notre rapport à notre environnement et notre capacité à affronter nos contradictions concernant nos déchets.
Ma démarche questionne aussi notre perception de l’espace public.
Mes installations pérennes ou éphémères mettent le plus souvent en scène un bestiaire magique qui dévoile la convergence entre les objets plastique et les formes animales.
Des lieux alternatifs où mon travail était présenté il y a quelques années, mes installations voyagent aujourd’hui autour du globe.

Néanmoins, mon approche du monde reste ludique mais, surtout, ironique.

Why plastic?

Because if bipedalism, the production of tools, laughter and self-awareness are no longer the very essence of man it is to be sought elsewhere.

The very essence of man is no doubt his phenomenal ability to self-destruct, to develop gimmicks, useless and unlikely rubbish. Plastic is everywhere, multiples are the norm in everyday life as in contemporary art. In everyday objects, I look for hidden shapes – both animal and anthropomorphic – that anonymous designers had in mind; light was particularly revealing.
To award plastic its rightful place – namely the 5th element (the 6th in Asia) – I persisted in particular with polyethylene containers and traffic cones, two widely distributed icons.

Since 1991, using familiar accessories made of eminently contemporary materials my works have probed our relationship with our environment and our ability to confront our contradictions regarding our waste. My approach also questions our perception of public space. My perennial or ephemeral installations usually involve a magical bestiary that reveals convergence between plastic objects and animal forms.

Several years ago my work was exhibited in alternative locations, my installations now travel worldwide.

My interpretation of the world remains fun however, but above all, ironic

LINE UP

Artist : BIBI

Ajinai
Ajinai
image vide 1
image vide 2

Videos

Agenda

    Aucune date à venir

disco

liens

site web twitter googleplus facebook

contact

simon@baam.productions

Booking & general inquiries

© 2015 baam.productions - Tous droits réservés - Conception & Réalisation Studio Topica - Powered by Tanuki CMS